Infographie: Le fait anglais au Quebec

Formats de rechange

Le fait anglais au Québec. Les données sont énumérées dans la version texte qui suit.
 
Version texte : Le fait anglais au Québec

Version texte : Le fait anglais au Québec

  • L’anglais est la première langue officielle de 13,5 % de la population (1 058 250 personnes).
  • 43 % de la population (3 328 725 personnes) parlent l’anglais et le français.

On dénombre 98 152 étudiants inscrits dans des écoles publiques de langue anglaise au Québec.

3 universités de langue anglaise

  • McGill - Montréal
  • Concordia - Montréal
  • Bishop’s - Sherbrooke

Distribution géographique de la population d’expression anglaise

Régions économiques :

  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine : 0,9 %
  • Bas-Saint-Laurent : 0,1 %
  • Capitale-Nationale : 1,3 %
  • Chaudière-Appalaches : 0,4 %
  • Estrie : 2,2 %
  • Centre-du-Québec : 0,3 %
  • Montérégie : 15,1 %
  • Montréal : 57,7 %
  • Laval : 7,8 %
  • Lanaudière : 1,2%
  • Laurentides : 3,4 %
  • Outaouais : 6,3 %
  • Abitibi-Témiscamingue : 0,5 %
  • Mauricie : 0,3 %
  • Saguenay–Lac-Saint-Jean : 0,2 %
  • Côte-Nord : 0,5 %
  • Nord-du-Québec : 2 %

Où sont-ils nés (les anglophones)?

  • Au Québec : 52 %
  • Ailleurs au Canada : 12 %
  • À l’étranger : 34 %

Où sont nés les immigrants de langue anglaise?

La plupart des immigrants de langue anglaise au Québec sont nés en Asie et en Europe.

  • Asie : 41 %
  • Afrique : 7 %
  • Europe : 32 %
  • Amériques : 19 %
  • Autres pays : 1 %

Célébrons!

Septembre : La Journée des Townshippers, les Anglo-Québécois des Cantons de l’Est se réunissent pour célébrer leur vitalité et leur créativité.

Septembre : L’organisme Voice of English-speaking Québec organise chaque année un festival d’automne à Québec pour rassembler les familles, les organismes communautaires et les groupes culturels.

Avril : Le Festival littéraire international de Montréal Métropolis Bleu rassemble les personnes de cultures et langues différentes pour partager le plaisir de lire et d’écrire.

Histoire

Après la conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques, le Traité de Paris cède la colonie française aux Britanniques en 1763. Le nombre de colons d’expression anglaise augmente après la Révolution américaine, d’abord avec l’arrivée des loyalistes en provenance des colonies américaines dans le sud et, par la suite, avec l’arrivée des immigrants européens.

Quebec Gazette, voit le jour en 1764 et il est toujours publié en anglais, maintenant sous le nom de Quebec Chronicle-Telegraph, le plus vieux journal du Canada. La Loi sur les écoles de 1841 a établi un seul système d’éducation au Québec et permis aux groupes minoritaires d’avoir leurs propres écoles.

Les années 1970 sont marquées par une crise linguistique au Québec, alors que les tensions sur le statut du français dans le secteur public et privé atteignent un point culminant. En 1974, la Loi sur la langue officielle (loi 22) est adoptée, faisant du français la langue officielle du Québec et limitant l’accès aux écoles de langue anglaise. Trois ans après, la Charte de la langue française (loi 101) devient une loi provinciale, avec l’adoption de nouvelles restrictions sur l’anglais, entre autres, comme langue de travail. Dans les années 1970 et 1980, plus de 300 000 Québécois d’expression anglaise quittent le Québec pour s’établir en Ontario et dans d’autres provinces.

La première association communautaire régionale de langue anglaise a été fondée en 1975 en Gaspésie (Committee for Anglophone Social Action).

En 1982, le groupe Alliance Québec est créé. Il a fait du lobbying pour le compte des Québécois d’expression anglaise jusqu’à ce qu’il cesse ses activités en 2005.

La loi 142, qui est adoptée en 1986, garantit l’accès aux services de santé et aux services sociaux en anglais. En 1996, le Quebec Community Groups Network (QCGN) est mis sur pied, rassemblant 13 organisations régionales et sectorielles anglaises. Le QCGN compte maintenant près de 50 membres.

Source:

  • Statistique Canada, Recensement de la population de 2011
  • Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages de 2011
  • Association des commissions scolaires anglophones du Québec
  • Réseau du patrimoine anglophone du Québec
 

Plus de renseignements

Date de modification:
2017-09-18